Luca Maselli, la nouvelle génération d’une cravate de style à Milan

 
Je travaille depuis plusieurs mois sur ma ligne de cravates et en étant le plus transparent avec vous. À mes débuts, l’idée d’avoir mon usine en France me motivait plus que tout. Cependant, pour me lancer j’ai décidé de faire confiance à un réel savoir-faire et quoi de mieux que mes origines pour y répondre. L’introduction à Luca Masselli dans cette histoire est assez simple, il me permet d’avoir un lien direct avec certains ateliers et me sert d’intermédiaire. Il est important de bien s’entourer et tout comme mon second atelier, j’ai la chance de faire confiance à des personnes humbles et qui sont disponibles.
 .
Je profite d’un aller-retour sur Milan, et d’une visite chez mon tailleur Yukiinouemilano pour lui rendre visite à sa boutique. Elle se situe près du fameux « duomo » et se positionne parfaitement dans cette ville riche de culture et de métiers de bureaux.
 .
 
Pour la petite histoire, Luca est un pure « produit » de Milan. Il y a grandi et cela se voit. Ancien de la finance, il travaille dans les banques et là il commence à se vêtir de cravates. J’ai d’ailleurs été étonné, à Milan, car le style est plus présent que Paris. Les noeuds sont agréables à regarder et les associations sont en général de bon goût. Pour en revenir à son histoire, Luca, récupère de vieilles cravates hermès de son grand-père dont il tombe littéralement amoureux. Il se diversifie en élevant cette culture sartorial avec son père qui le weekend l’emmène voir des tailleurs. Tout cela se transmet, jusqu’au jour où il décide de se lancer.
 
2015, le début de l’aventure Masel
 
Comme tout entreprenariat, c’est un vrai parcours du combattant et dans le texte il se rejoint beaucoup avec Etienne que j’ai pu vous présenter sur mon dernier article. Il m’avoue que ce n’est pas facile et qu’il faut tout surveiller. Sa proximité avec Côme et la région de la Lombardie l’aide grandement à pallier certaines déconvenues.  Son idée est de pouvoir se diversifier tout en restant dans la culture italienne et le “made in italia”. Il conserve l’ADN des cravates et des traditions de l’artisanat italien. C’est d’ailleurs cette bienveillance qui me fait m’associer à lui.
 
 
 
 
Sa boutique est petite mais respire la passion. Elle est faite avec goût, chaque accessoire est pensé, et disposé de manière réfléchie. Le rangement des cravates est soigné, aligné et en hauteur de façon que vous puissiez toucher et surtout voir le produit. Tout cela doit rester accessible. En somme à l’image de Luca. Pour la collection de cravates, j’ai l’impression qu’il fonctionne à son envie et se diversifie clairement sur son offre du bespoke avec personnalisation « broderie » .
 .
L’idée avec ce concept est de traverser le temps et les générations. J’ai d’ailleurs, testé pour vous, il y’a quelques mois son offre. Le site est assez simple d’utilisation, le plus compliqué étant la couleur et le dessin à choisir, tellement le choix est large. Pour la question des mesures, je regrette qu’il n’y est pas de demi-mesure, qui permettrait sans doute de trancher entre l’hésitation de deux tailles. Ma cravate est en 3 plis doublés de 9 cm de large et avec mes initiales. Une grande première sur ces deux derniers points car je n’avais jamais osé faire plus de 8.5 cm de large. Les initiales comme je le dis souvent, personnalisent vraiment votre accessoire, et comme je le cite plus haut, ils le pérennisent même dans le temps.
 
 
 
 
 

L’offre RTW est plus commune, mais reste intéressante dans le choix pour les cravates. Vous pourrez choisir également de belles pochettes et bien d’autres accessoires. Masel entremêle l’histoire et la tradition du pays avec celles du goût et de la créativité. En 2016, les articles en cuir Masel ont été introduits avec cette même approche unique.

 



Classique, élégant et léger, les sacs et étuis sont la définition du «chic italien». Masel est une entreprise «made in Italy» dans le vrai sens de l’expression. L’entreprise cherche des artisans de «nouvelle génération» avec un talent exceptionnel et inconnu, encourageant les artisans émergents à poursuivre la réputation de l’Italie en tant que pays d’excellence en matière de design et de mode.

Confectionnées dans des cuirs italiens et à la main par un artisan de talent à Trieste, dans le nord-est du pays. Les sacs Masel sont entièrement personnalisables. Tout comme pour les cravates, le choix est vaste et vous pourrez choisir entre 30 nuances de cuir, plus de 50 choix de doublures, plusieurs choix de fermeture à glissière et de couture. Sans oublier, le point négatif mais ce n’est qu’une question de temps; la commande ne pourra se faire qu’à partir de la boutique de Milan. Vous aurez cependant un produit de luxe accessible. Au lieu de payer la marque, vous paierez le produit. Les prix commencent à partir de 560 € avec la possibilité d’ajouter vos monogrammes, peint à la main sur le cuir. Un produit de luxe accessible.
 
Comme pour sa ligne de cravates ou pochettes, Luca reste sur de l’artisanat italien d’une “nouvelle génération ». Nous sommes en France bien loti, pour les jeunes artisans de talents mais l’Italie n’est pas en reste.
 
Un prochain article sera détaillé sur le sujet du cuir, puisque je vais recevoir prochainement une très belle pièce provenant de Milan. Merci Luca pour ta gentillesse et ton professionnalisme.
 
Merci de m’avoir lu.

Quelques questions pour Luca :

Luca, je l’ai déjà mentionné dans ton introduction, mais d’où te vient cette passion pour la cravate ?
Tout a commencé quand je suis entré dans le monde du travail et j’ai commencé à porter une cravate tous les jours. Au départ, j’ai reçu et partiellement soustrait les cravates vintage Hermes de mon grand-père, restant impressionné par les motifs et les couleurs, avec plus de « personnalités » que celles faites par les principaux producteurs actuellement.

Au départ, c’était une passion «esthétique», c’est-à-dire plus que toute autre chose liée à l’apparence de la cravate. Au fil du temps, je suis devenu de plus en plus informé sur le processus de production de la cravate et les différentes finitions et modèles possibles. En plus des aspects de la couture, bien sûr.

Un trunkshow sur Paris, tu y penses ?
Oui beaucoup, je pense que c’est l’une des plus belles villes en matière d’esthétique et d’élégance.

Je connais un peu tes objectifs, mais à l’aube de 2018 quels seront tes objectifs ?
Après une année de fort changements avec l’ouverture du magasin, l’objectif principal est de consolider cette nouvelle réalité en complétant la gamme d’accessoires et en intensifiant le calendrier des trunkshows et des collaborations à la boutique.  D’un point de vue commercial, nous allons bientôt lancer la nouvelle version du site Web qui permettra une expérience plus complète pour les clients dans la phase de personnalisation des cravates Masel.

Un programme de cravates et de maroquinerie sur mesure sera également mis en place pour proposer aux tailleurs et aux boutiques aux niveaux européen et mondial, une intensification des travaux déjà engagés dans ce domaine.

D’un point de vue produit, il y aura une nouvelle offre de motifs en soie imprimée et une nouvelle collection au thème exotique pour le printemps-été, sur laquelle je travaille actuellement En ce qui concerne la maroquinerie, l’offre sera renforcée par des matériaux qui vont au-delà de la peau proposée pour le moment. Quant aux cravates et au monde de la soie, il y aura des nouveautés d’un point de vue de la broderie.
 
J’aimerais aussi me rapprocher d’une petite collection dans le monde du meuble, peut-être à travers des collaborations…

Allez, “Masel” dans 5 ans, comment tu l’imagines ?
Je voudrais voir Masel comme l’un des points de référence pour le monde de l’artisanat.

Je voudrais pour Masel un réseau de boutiques monomarques comme celui qui vient d’ouvrir à Milan, dans les principales villes européennes et dans le monde, toujours centré sur le monde des accessoires sur mesure et des produits artisanaux.
 
Je voudrais le faire en identifiant et en collaborant avec des partenaires locaux, proches du marché cible.

Dernière question, quel est le luxe absolu pour toi ?
Dans le domaine commercial, le luxe absolu je pense est l’étonnement, visant à anticiper ou dépasser ses propres demandes ou attentes.

Dans la vie, je pense que c’est pouvoir vivre sans pensées et sans savoir à quelle heure il est.

 

Pour cette fois, le reportage photo se fait lors de la réception de ma triton ” green sea ” . Une belle alliance de vert entre le tissu et l’horlogerie. Crédit photo, Florian : @cfl0w

Veste et chemise : @swannetoscar
Cravate : @masel_milano
Montre : @tritonwatch_official

 

.

Portrait d’Etienne Brunel fondateur de l’enseigne « Barre&Brunel Footwear »

Comme quoi Instagram peut permettre de beaux échanges. Étienne Brunel jeune entrepreneur et fondateur de l’enseigne « Barre & Brunel Footwear » en est l’exemple. Une pépite française délocalisée en Asie. Je décide de lui écrire ...

Gentlemenclover ” Quand le crowdfunding parle de cravates “

LA CRAVATE DU XXI SIECLE  . .     B I E N V E N U E     Après l’annonce faite un certain 23 Décembre 2017, il était inconcevable pour moi de ne pouvoir vous écrire ces quelques lignes sans vous souhaiter mes me...

Laisser un commentaire